“LES FONDAMENTAUX D’UN MONDE QUI SE TRANSFORME”,  c’est ainsi que l’agence EMAKINA  résume son Manifeste de la transformation digitale des organisations. Je partage avec vous cette vision en 20 points, tous très éclairants et de bon sens. Objectif : s’adapter à un monde qui change radicalement tout en restant en phase avec la demande de ses clients, collaborateurs et partenaires. L’influence positive sur ses clients et plus largement sur son audience est la conséquence d’un travail de fond, fait de stratégie, d’écoute, d’actions qualitatives et répétées. Tout comme la transformation digitale, elle doit d’abord s’appuyer sur le POURQUOI je me transforme ? Et ensuite se demander COMMENT je la réalise ? Un bémol, le point 4 :  “il n’y a plus de place pour les seconds”. Vrai pour les entreprises mondialisées mais dans le monde de la TPE/PME, trouver une niche de marché reste possible. Plus on segmente, plus il y a de possibles premiers sur des valeurs ajoutées spécifiques. C’est aussi cela l’influence, choisir son combat et être le meilleur et le plus pertinent sur le segment choisi.


Intro : Pourquoi un Digital Transformation Manifesto ?

« Composer avec le digital ne suffit plus : l’entreprise doit se réinventer avec et pour lui. Si mouvant se monde soit-il, il n’est pas possible d’entreprendre une si longue route sans points de repères, ni convictions profondes. »

  1. Il n’existe pas d’abris anti-numérique.

« Nous vivons dans deux mondes en même temps – physique et digital – et les interactions entre les deux rendent toute différenciation obsolète. »

  1. Il y a 7 milliards d’expériences à créer.

« Le client n’achète plus un produit ou un service mais une expérience continue et cohérente qui démarre avant l’acte d’achat et se poursuit après l’acquisition »

  1. Le village global devient une jungle.

« Internet permet toujours de trouver moins cher, voire faire tendre les prix vers 0. La concurrence est telle que les prix ne sont plus différenciant. Le rapport expérience – prix devient le nouveau paradigme. »

  1. Il n’y a plus de place pour les seconds.

« L’économie numérique, globalisée, donne la prime aux premiers – A partir du moment où l’activité repose sur une plateforme digitale il n’y a de place que pour le leader. »

  1. Les modèles managériaux d’antan sont à bout de souffle.

« Seuls 13% des salariés se disent encore engagés. « Quand la vitesse d’évolution du marché dépasse celle de l’organisation, la fin est proche » Jack Welch, ex CEO General Electric.

  1. Le digital n’est pas un outil. C’est un état d’esprit.

« Il n’est plus question d’un changement incrémental où l’on ajoute une technologie nouvelle sur un modèle existant mais d’une transformation où l’on repart de chaque problème avec une feuille blanche en l’examinant à l’aune des possibilités actuelles »

  1. Il faut casser la frontière entre le client et le collaborateur.

« La transformation digitale c’est le traitement conjoint, coordonnée et aligné des initiatives orientées client et collaborateur – Même but – reposer sur un plateforme stratégique et managériale unique »

  1. Il n’y a pas d’expérience client sans expérience employé.

« Alignement des expériences : L’expérience employé permet de créer et délivrer l’expérience client, qui elle-même donne du sens au changement »

  1. Il faut se transformer digitalement.

AGILE : constante adaptation des objectifs.
EXPERIENTIELLE : faire vivre et pratiquer aux collaborateurs ce que l’on attend d’eux.
EN RESEAU : s’appuyer sur des réseaux de pairs et les leaders de pratique
CREATIVE : capacité de l’entreprise à créer sa vision de son futur digital et de ses business models
EXEMPLAIRE : travaillant sur le leadership des dirigeants.
OUTILLEE : faire découvrir aux collaborateurs le potentiel et l’impact des nouvelles technologies digitales dans le cadre de leur travail.
LEAN : partant toujours d’un problème à résoudre et en s’attachant à une logique de simplification. »

  1. Le digital en un mot : rendre les choses simples.

« Rendre facile et agréable pour chacun de faire son travail. » C’est-à-dire.

  1. Les talents passent en premier.

« Une affaire de talents qu’il faut développer et libérer – Marketing et RH se partagent ainsi la relation client et avance dans sa transformation Digitale nécessite une orientation client nouvelle de la DRH. »

  1. Non, les collaborateurs ne sont pas nuls en digital.

« Ce ne sont pas les collaborateurs qui sont en retard, c’est l’entreprise ne tant que structure. »

  1. L’escalier se balaie en partant du haut.

« Un cercle vertueux lorsque la vision et le leadership digital des dirigeants rencontrent la capacité des collaborateurs à inventer de nouveaux usages et de nouvelles expériences. »

  1. Le digital n’est pas un département à part de l’entreprise.

« Le marketing est trop important pour être laissé aux seuls marketeurs » David Packard, Hewlett Packard.

  1. La culture numérique ne s’achète pas, elle se vit.

« L’acculturation des collaborateurs demande plus que les habituelles formations. » « L’éducation n’est pas l’apprentissage des faits mais l’entrainement du cerveau à penser. » Albert Einstein.

  1. L’entreprise de demain sera horizontale et multi-secteurs.

« On passe de logique d’excellence verticale à une logique d’intégration transversale »

  1. Il faut faire de l’entreprise une « experience company »

« Elle, détient une proposition de valeur et d’expérience qu’il est plus simple de décliner dans des secteurs différents tout en restant cohérent pour le client – demandeur d’une expérience plus globale. »

  1. Seuls les polymathes vaincront.

Ceux qui acquièrent des connaissances approfondies sans liens évidents : « connaissant, comprenant ou ayant appris en quantité. »

  1. On ne s’est jamais mieux disrupté que par soi-même.

REPENSEZ, OSEZ.

  1. Il faut du temps pour que les choses se passent rapidement.

« L’Homme est le facteur lent de la transformation digitale. »

 

 

 

 

Suivez l'actualité de l'influenceur !

Bravo, vous vous apprêtez à rentrer dans une nouvelle ère.

Share This